Skip to main content

JMP 2020, le Mali améliore ses performances

Fecha publicación: 28/03/2022

IRC élabore le rapport synthèse du JMP 2020 au Mali et partage les résultats avec les acteurs du secteur WASH.

Selon Virginie Mahan, spécialiste WASH à l'UNICEF, les Etats ont pris des engagements par rapport à l’atteinte de l’ODD 6 et le rapport JMP, un instrument de suivi de ces engagements au niveau global mérite d’être synthétisé et d’être plus accessible au grand public. Ceci démontre clairement la valeur de cette action de IRC Mali. 

JMP reflection meeting in Mali

De gauche à droite, Virginie Mahan Kouadio, spécialiste WASH à UNICEF, Selly Ouane, représentante du Président du CN-CIEPA, Djoro Bocoum, Directeur National de l'Hydraulique, Dr. Afou Chantal Bengaly, Coordinatrice Pays de IRC Mali (M. Kané)

A l'instar d'autres Etats membres de l'Organisation des Nations Unies, le Mali a pris l’engagement d’assurer aux populations, l’accès universel aux services d’eau potable, d’hygiène et d’assainissement à l’horizon 2030. Pourtant, respectivement 17% et 55% de la population malienne, n’ont toujours pas accès à des services d’eau potable et d’assainissement tout au moins basiques, d’après le rapport JMP 2020 du Mali. En effet, le Programme commun OMS/UNICEF de suivi de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement (JMP) est le mécanisme officiel des Nations Unies chargé du suivi des avancées réalisées aux niveaux, national, régional et mondial, notamment au regard des cibles des Objectifs du Développement Durable (ODD) relatives à l’accès équitable pour tous à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène (WASH). Grâce à ses enquêtes menées auprès des ménages à l’échelle mondiale, les analyses du JMP aident à établir le lien entre eau potable, installations sanitaires et qualité de vie, et servent d’instruments de référence pour éclairer certaines décisions politiques et orienter l’affectation des ressources, notamment au niveau international.

Le JMP est donc un outil capital de suivit des performances et des indicateurs, et les chiffres qu’il présente méritent d’être connus par tous et à divers niveaux. C’est dans cette lancée que IRC Mali a perçu la pertinence de produire un document synthèse du dernier rapport JMP au Mali. Ce document rapporte de manière synthétisée les progrès réalisés, mais aussi les obstacles auxquels est confronté le Mali dans sa quête pour atteindre l'Objectif du Développement Durable 6.

Accessible au grand public et référence précieuse pour tout acteur intervenant dans le secteur de l’eau et l’assainissement au Mali, le document a été porté à la connaissance desdits acteurs le 29 octobre 2021 à Bamako, au cours d’un espace de réflexion collective créé par la CN-CIEPA en partenariat avec IRC Mali.

JMP meeting in Mali

Les échanges étaient intenses et bien nourris (M. Kané) 

A titre de progrès, on retient que les taux de couverture actuels sont de 82,5% avec une progression de 1,7% par an pour l'eau potable et de 45,4% avec une progression de 1,5% par an pour l’assainissement. Ces résultats palpables traduisent que le Mali est en avance sur ses voisins, le Burkina Faso et le Niger dans la couverture des services en eau potable et en assainissement. Pendant que le Mali affichait, en 2020, une couverture des services basiques en eau potable de 83 %, le Burkina et le Niger affichaient chacun 47 %. Il en était de même en assainissement, 45 % (Mali) contre 22 % (Burkina) et 15 % (Niger). Cependant, en couverture de services basiques en hygiène, le Niger (23 %) dépassait ses voisins le Mali (17 %) et le Burkina Faso (9 %).

Ces chiffres permettent de mesurer les avancées, mais constituent également la preuve irréfutable que le Mali a besoin d’un effort colossal de la part de tous les partenaires pour relever le défi d’atteindre l’ODD 6 en 2030. Il devient donc impératif d’accélérer le rythme actuel et d’assurer une action immédiate et intégrée pour améliorer rapidement les progrès de l’ODD 6.

Représentants des services techniques, de la société civile, du secteur privé, des ONG internationales et des partenaires techniques et financiers du secteur eau potable, hygiène et assainissement, ils étaient nombreux à participer aux échanges sur les résultats tout en formulant des recommandations bien à propos. S’agissant entre autres de la pérennisation de la mise à jour des bases de données du secteur WASH, la dynamisation du comité sectoriel de la collecte et du suivi des indicateurs JMP, l’harmonisation des indicateurs JMP avec ceux nationaux.

IRC Mali par la voix de sa coordinatrice, Dr. Afou Chantal Bengaly, réitère son engagement aux côtés des autorités maliennes, tout en restant fidèle à sa mission qui consiste à réunir tous les acteurs du secteur en vue d’une promotion des actions résilientes en faveur de l’accès aux services WASH à travers l’apprentissage et l’influence d’actions.

Recursos